Physiopathologie et imagerie des troubles neurologiques

Site internet

Notre Unité labellisée par l’INSERM (Institut National de la santé et de la Recherche Médicale) et par l'Université de Caen Normandie comprend environ 60 personnes. L’ «Etablissement Français du Sang » EFS soutient également notre recherche, sur la base de nos découvertes sur la fibrinolyse et les processus neuro-inflammatoires. Nous sommes hébergés au GIP Cyceron à Caen, où nous bénéficions d'une plateforme, permettant des études du niveau moléculaire aux niveaux les plus intégrés.

3 équipes composent l’UMR-S 1237 :

tPA et troubles neurovasculaires : D. Vivien

Les maladies neurovasculaires sont des problèmes de santé majeurs dans le monde impliquant une perturbation d'homéostasie de l’unité neurovasculaire. L'identification des mécanismes moléculaires directement impliqués dans cette dérégulation est nécessaire pour comprendre la physiopathologie de ces maladies et potentiellement pour identifier des stratégies influençant ces processus pathologiques chez l’Homme. Parmi les mécanismes impliqués, l'activateur de plasminogène de type sérine protéase type (tPA) joue un rôle essentiel.

Le tPA est une protéase à sérine extracellulaire de 69 kDA. Le tPA a d'abord été décrit pour être exprimé par les cellules endothéliales et libéré dans la circulation pour favoriser la fibrinolyse. Il a également été décrit (essentiellement par notre unité) comme étant exprimé par les neurones, libéré après la dépolarisation et finalement pour agir comme un nouveau type de neuro-modulateur capable de promouvoir la signalisation des récepteurs NMDA. Des preuves convaincantes impliquant la capacité du tPA à influencer la signalisation des récepteurs NMDA montrent que le tPA peut exercer des fonctions clés dans le système nerveux central, y compris les processus d'apprentissage et de mémoire, le comportement anxieux, la survie et la mort neuronale.

Ainsi, notre programme de recherche consiste à combiner des approches moléculaires, cellulaires et intégrées pour mieux identifier et caractériser les mécanismes moléculaires (structure-fonction), cellulaires et intégrés par lesquels la protéase à sérine extracellulaire tPA peut influencer l'homéostasie de l’unité neuro-vasculaire.
En s'appuyant sur un ensemble d'outils moléculaires originaux pour déchiffrer ces mécanismes, les perspectives de recherche comprennent le développement de nouvelles stratégies diagnostiques et thérapeutiques pour les maladies neurovasculaires, en particulier pour les accidents vasculaires cérébraux.

Mots-clés: activateur tissulaire du plasminogène (tPA), récepteurs NMDA, accident vasculaire cérébral, barrière hémato-encéphalique

Protéase à sérine, neuro-inflammation et cellules gliales : F. Docagne

L’équipe “Serine proteases, Inflammation et cellules gliales (SPRING)” se centre sur la neuroinflammation de la substance blanche, en particulier dans les modèles animaux de sclérose en plaques. Nous concentrons nos efforts sur le rôle des barrières cérébrales (barrière hémato-encéphalique, hémato-spinale et barrière sang/LCR) dans al physiopathologie de la sclérose en plaques avec deux grands objectifs :

1/ Mettre au point de nouveau outils de diagnostic et de pronostic pour le suivi de l’activité de la maladie. Pour cela, nous développons des méthodes d’IRM pour détecter l’activation endothéliale et l’inflammation des barrières.

2/ Développer de nouvelles approches thérapeutiques pour stopper la sclérose en plaques. Notre stratégie la plus avancée consiste en un anticorps monoclonal (Glunomab®) qui bloque l’entrée des leukocytes vers le tissu cérébral dans les modèle animaux de sclérose en plaques.

La neuro-imagerie multimodale et le mode de vie dans le vieillissement et dans la maladie d'Alzheimer : G. Chétélat

L'équipe de Gaël Chételat «neuro-imagerie multimodale et le mode de vie dans le vieillissement et dans la maladie d'Alzheimer » travaille avec des outils complémentaires de neuro-imagerie et des évaluations neuropsychologiques afin d’améliorer la compréhension des mécanismes physiopathologiques de la maladie d'Alzheimer et des déterminants de la santé mentale et du bien-être dans le vieillissement de la population. L'équipe utilise l'IRM anatomique et fonctionnelle (T1, FLAIR, T2, l'IRMf au repos en d’activation, DKI, l'ASL, le T2 hippocampique à haute résolution, etc.) afin de classer les personnes depuis des sujets jeunes sains, des personnes âgées saines jusqu’aux personnes souffrant de maladie d’Alzheimer à différents stades mais aussi de personnes atteintes d’autres formes de neuro-dégénérescence. L'équipe est également en train de coordonner un programme européen incluant des interventions non pharmacologiques via l’entrainement mental (méditation et apprentissage de l'anglais) dans le vieillissement (www.silversantestudy.eu).